Sommes-nous encore en démocratie?

A priori oui. Et pourtant c’est bien la question que l’on doit se poser suite à l’affaire des « appels automatisés » : « Le jour du vote, des électeurs de la circonscription de Guelph ont reçu des appels automatisés les avisant que le bureau de scrutin avait été déménagé. Le tout avait l’air bien officiel : l’identification à Élections Canada, la voix claire, le message bilingue. L’électeur n’avait aucune raison de se douter de quelque malversation que ce soit » (Le Droit, 25 février 2012). Ce n’est ni la première « bizarrerie » qui entoure des élections dans des pays à pourtant forte tradition démocratique, ni la dernière, quand on voit que l’affaire s’est retrouvée classée en moins de 24 heures, Élections Canada ayant abandonné l’enquête dès que le scandale a été révélé!

(suite…)

Tout le monde devrait-il en parler?

Il n’est plus question que de ça. Oui, mais « ça » quoi? Les révolutions dans le monde Arabe? Kadafi? Les scandales dans l’industrie de la construction ou à la Ville de Montréal? La démission de la ministre des affaires étrangères de la France? L’ « excès de zèle » des membres du Parti conservateur qui « ont forcé les médias à quitter un événement où le chef libéral Michael Ignatieff devait effectuer un discours »? Ce qui renforce une fois de plus cette désagréable sensation que ces gens sont tout sauf des partisans de la démocratie?

Bravo!

Ce n’est pas souvent que je fais des félicitations. Mais je tenais à dire bravo aux journalistes de Radio-Canada de l’émission Enquêtes qui ont réalisé un excellent reportage sur les liens entre les dirigeants du parti conservateur et des groupes religieux contre l’avortement et le mariage gay (entre autre). Celui-ci Lire la suite…