Ca y est, les fêtes sont passées et j’espère que vous avez été gâtés et en avez bien profité. Toute notre équipe se joint à moi pour vous souhaiter une bonne et heureuse année 2011!

Désormais, la « routine » reprend sa place et j’avais envie de poursuivre avec vous, en ce début d’année, ma série d’article portant sur le traitement journalistique de divers sujets de société. Cette fois-ci je suis tombé sur une nouvelle qui m’a laissé bien dubitatif. Je la retranscris ici, voici l’article original.

Emploi

Le taux de chômage baisse à 7,6 %

Mise à jour le vendredi 3 décembre 2010 à 7 h 38

Le taux de chômage baisse au pays de 0,3 point de pourcentage pour atteindre 7,6 %. Une baisse qui s’explique notamment par le départ de 43 000 personnes de la population active dont 40 000 jeunes.

L’économie canadienne a créé 15 000 emplois en novembre alors que les analystes s’attendaient à la création de 19 800 emplois.

Les emplois créés ont été surtout à temps partiel.

À 7,6 %, le taux de chômage est à son plus bas niveau depuis janvier 2009.

Au Québec le taux de chômage a baissé de 0,1 point pour atteindre 7,9 %, mais ces chiffres sont attribuables à la baisse de la population active. Il y a moins de personnes qui se cherchent un emploi, les autres ayant abandonné.

Comme on le constate le titre est positif : le taux de chômage baisse. Pourtant le reste de l’article est quasiment entièrement négatif. On apprend tout d’abord que 40 000 jeunes ont quitté le marché du travail, ce qui explique la baisse. Par contre, on ne nous explique pas ce qu’ils sont devenus. Se sont-ils volatilisés? Ensuite, on nous dit que l’économie a créé moins d’emplois que prévu et surtout à temps partiel.

En fait, l’explication (si on peut parler d’explication…) arrive dans le dernier paragraphe à la toute fin de l’article, la moins lue : si le chômage baisse, c’est que beaucoup de chômeurs ont en fait « abandonné ». Mais pour parler plus crûment, ils ont tout simplement été rayés des listes. C’est ce qui arrive quand vous êtes au chômage depuis un an. En fait, les chiffres du chômage n’ont aucun sens car ils ne correspondent à aucune réalité. Le nombre de personnes sans emploi est en fait très largement supérieur aux chiffres officiels.

Ainsi, derrière un article qui annonce une bonne nouvelle se cache une réalité beaucoup plus triste : de nombreuses personnes sont rayées des listes du chômage car cela fait trop longtemps qu’elles n’ont pas trouvé d’emploi. Cela signifie que l’économie ne va pas mieux, bien au contraire. C’est pourtant ce que tente de prouver cette nouvelle. Étonnant, non?

Catégories : Médias

Christian Leray

Christian Leray est le président de Prisme Média, une société spécialisée en analyse de presse. Il profite d'une expérience d'une dizaine d'années dans le domaine de l'analyse du contenu des médias. Il a notamment dirigé le Laboratoire d'analyse de presse Caisse Chartier de l'UQAM et a publié en 2008 un ouvrage aux Presses de l'université du Québec: L'analyse de contenu, de la théorie à la pratique.